Pêche des salmonidés

peche-truite-paysdegex

picto-saumonType de pêche

Les salmonidés (Salmonidae) forment une famille de poissons à nageoires rayonnées.
La famille des Salmonidés regroupent les poissons tels que les truites , l’ ombre , l’ omble chevalier, l’ omble de fontaine…

En fonction des saisons et du lieu de pêche il faut changer de techniques.

Bien qu’ils soient de plus en plus communs sur les étals de poissonniers grâce à l’aquaculture, les salmonidés sauvages sont en voie de régression sur une grande partie de leur aire de répartition, même là où les cours d’eau ne sont pas ou peu fragmentés par des barrages.

Techniques de pêche

Pêche au ver à rouler:
C’est la technique la plus pratiquée à l’ouverture de la truite, celle que le débutant doit apprendre en priorité. C’est également la bonne veille méthode des pêcheurs locaux pour prendre les truites sans frais (avec les vers du jardin).
C’est une technique commune, mais pas facile à bien pratiquer. Car tout ce passe au doigté en douceur, avec la plus grande discrétion. La pratique est plus délicate.
On entre ici dans les eaux de 1ère catégorie. Des eaux rapides à moyennement lentes, pour pêcher un des poissons les plus méfiants : « la truite fario » entre autre.
Sauvage et suspicieuse, elle est assez intelligente pour garder la bouche fermée au moindre doute, même devant le plus beau des lombrics.

Pêche au toc :
Cette technique est très proche de celle du ver à rouler. Elle concerne aussi la truite et est globalement dans le même esprit. La différence essentielle est qu’on la pratique plus tard en saison.
Elle consiste à présenter aux truites en poste un appât naturel poussé par le courant. Cette technique est différente selon l’appât.
Cette pêche est plus difficile car elle se pratique en eau claire, en tout cas plus limpide que pour le ver.

Pêche à la mouche:
Cette technique concerne les poissons « gobeurs », ceux qui se nourissent de mouches toute l’année ou à certaines saisons. Contrairement à une idée reçue, il n’y a pas que les salmonidés à être attirés par les mouches.
Elles consiste donc à présenter à distance des mouches artificielles, imitations d’insectes à leurs différents stades de croissance. A chaque stade correspond un type de mouche et une technique. Sans devenir un entomologiste averti, il faut connaitre quelques détails des familles d’insectes et de leur vie pour bien comprendre les différentes techniques de pêche à la mouche.
Se pratique dans toutes les eaux, du torrent aux grandes rivières, du lac de montagne au lac de plaine, à une seule condition : l’eau doit être suffisamment claire pour que les poissons puissent voir l’artificiel.

Périodes de pêche

Toute l’année ou presque:
Celui qui sait pratiquer la mouche sous toutes ses formes peut quasiment pêcher toute l’année.
De mars à septembre (voir octobre) : C’est la saison de la truite avec les premières éclosions, qui se poursuit quasiment jusqu’à la fermeture.
Jusqu’à fin décembre : Dans les eaux de 2ème catégorie, l’ombre commun peut être pêchée à la mouche, sans oublier certains cyprinidés qui prennent la mouche durant toute la belle saison.
Pendant tout l’hiver : Il y a la pêche à la mouche en réservoirs, des plans d’eau qui se multiplient dans notre pays et qui permettent de garder la main pendant la mauvaise saison jusqu’à la reprise de la truite.